Sauvons les dessins du Grand-Théâtre

Publié par

47008782_2419990371349814_7034639106332164096_n

L’histoire des dessins

En 1773, Victor Louis, architecte de renom, dessine à l’encre et à l’aquarelle les plans de l’édifice qui deviendra son chef d’œuvre, le Grand-Théâtre de Bordeaux. Conservé aux Archives Bordeaux Métropole, appartenant au fonds de la Ville de Bordeaux, le portefeuille de ces dessins se compose de 70 plans en coupe et en élévation : façade, grand escalier, vue des loges et des combles, détails décoratifs, etc. Ces dessins originaux présentent les différentes étapes du travail de l’architecte.

Cet ensemble, un recueil unique de ce bâtiment emblématique de la ville, classé Monument historique en 1899 et symbole de l’âge d’or bordelais, a miraculeusement échappé à l’incendie de l’Hôtel de Ville de Bordeaux, le 13 juin 1862, qui abritait alors les Archives de la Ville et ce grâce aux pompiers et volontaires qui ont sauvé ces trésors en les jetant par les fenêtres du bâtiment en flammes.

Capture2

La restauration des dessins du Grand Théâtre de Bordeaux

Ce corpus nécessite aujourd’hui une restauration d’envergure afin de restituer son intégrité à cet ensemble de dessins. Paradoxalement, à cause des consolidations anciennes, il continue de se dégrader lentement. En effet, comme de nombreux documents du fonds ancien, le portefeuille de Victor Louis a fait l’objet, à la fin du XIXe siècle, de différentes interventions, selon les pratiques de l’époque, au sein de l’atelier de reliure installé aux Archives pour restaurer les milliers de documents brûlés. Ce recueil présente à ce jour des dégradations des matériaux d’origine et des matériaux de restauration acides et de grammage inadapté ainsi que des dégâts importants : gondolement, déchirures. La friabilité des supports, conjuguée à la présence de suie et de poussière, est à l’origine d’altérations chimiques.

Ce projet s’inscrit dans un plan global de restauration des documents brûlés du fonds ancien initié par les Archives depuis les années 2000. La ligne budgétaire annuelle, conséquente, s’avère toutefois insuffisante au regard de l’ampleur de la tâche.

C’est pourquoi les Archives Municipales ont lancé un appel à mécénat pour couvrir les 20000€ nécessaires à la conservation de l’ensemble des dessins

Ce plan global s’appuie sur des travaux de recherche en cours pour identifier clairement les différentes campagnes d’interventions sur les fonds brûlés, définir des typologies d’altération et caractériser des procédés anciens de restauration/consolidation (papier, encre, colle) afin d’établir un protocole d’intervention dans le cadre de la mise en place d’un plan de conservation-restauration des papiers brûlés.

47024034_2418512164830968_7298964016636887040_nCapture3

XXI H 339 RECUEIL 20
XXI H 339 RECUEIL 20
XXI H 305 RECUEIL 20
XXI H 305 RECUEIL 20

Ce projet concerne la ville de Bordeaux, et plus particulièrement le Port de la Lune, un ensemble exceptionnel dont la valeur universelle a été reconnue par l’UNESCO en 2007. Les dessins originaux du Grand-Théâtre de Bordeaux, quant à eux, sont, aux termes du code du patrimoine, des Trésors nationaux.

Edifié par l’architecte Victor Louis (1731-1800) à la demande du maréchal de Richelieu, gouverneur de Guyenne, le Grand-Théâtre est achevé en 1780 après 7 ans de travaux. Sa construction avait été rendue nécessaire par la destruction, lors d’un incendie, en 1755 de la salle de spectacle située dans les dépendances de l’hôtel de ville Saint-Éloi, près de la Grosse Cloche.

Victor Louis conçoit un bâtiment grandiose d’une valeur esthétique incontestable tout en imaginant une acoustique exceptionnelle due à l’ossature de bois qui enveloppe le théâtre. Il se montre également avant-gardiste avec l’éclairage indirect de la salle. L’escalier d’honneur à triple volée servira de modèle à Charles Garnier pour la construction de l’Opéra de Paris. La façade est composée de douze colonnes corinthiennes surmontées de douze statues de pierre représentant les neuf muses et trois déesses.

Par la suite, Victor Louis mène une carrière brillante non seulement à Bordeaux et dans son actuelle métropole où il réalise, outre le Grand-Théâtre, l’hôtel de Saige, le Grand Hôtel de Bordeaux, la maison Gobineau, le château de Tauzia à Gradignan, le château Raba à Talence, le château du Bouilh à Saint-André de Cubzac, et bien d’autres constructions à Paris et en province.

 

L’argent collecté permettra d’engager les travaux de restauration des dessins. Les principales étapes de la restauration portent sur le dépoussiérage et le gommage des documents afin d’éliminer les traces de suie et d’atténuer les auréoles d’humidité pour retrouver les couleurs d’origine. Les travaux concernent également la réparation des déchirures et le colmatage des lacunes suivi du doublage des dessins au papier japon au verso. Ces interventions seront réalisées par un conservateur-restaurateur spécialisé en arts graphiques dans le respect de l’intégrité originelle des documents et cela en application des principes déontologiques de lisibilité, de réversibilité et d’innocuité des techniques et des matériaux employés.
Les travaux commenceront en 2019 pour durer environ une année.

Outre, bien entendu, la présentation de cet incontestable trésor national, la restauration de ce patrimoine vise d’une part à valoriser une architecture unique ayant servi de modèle à l’Opéra de Paris et d’autre part, à apporter un éclairage nouveau sur un équipement culturel majeur de la Métropole dans une ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco. À terme, l’objectif est d’enrichir l’offre culturelle des Archives Bordeaux Métropole, en partenariat avec l’Opéra national de Bordeaux, autour des fonds et collections liés au Grand-Théâtre, par la programmation d’événements culturels accessibles au grand public et aux différents partenaires : université, école d’architecture, scolaires, office de tourisme, entreprises, etc.

Atelier de restauration d'art graphique, Rebeca Zea
Atelier de restauration d’art graphique, Rebeca Zea

 

Nota: La reproduction des photos de documents de cet article a fait l’objet d’une aimable autorisation de M. Frédéric LAUX Conservateur en chef du Patrimoine des Archives de Bordeaux Métropole.

Réseaux sociaux et site internet

Site internet:

http://www.bordeaux-metropole.fr/Grands-projets/Le-mecenat-de-Bordeaux-Metropole

http://archives.bordeaux-metropole.fr/

Page Facebook: 

https://www.facebook.com/ArchivesBxM/

Page Twitter: 

https://twitter.com/ArchivesBxM

Page Instagram: 

https://www.instagram.com/archivesbxm/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s