Au cœur du répertoire: Lady Macbeth de Chostakovitch

Publié par

Mais pourquoi Staline condamna-t-il l’opéra « Lady Macbeth » de Chostakovitch ?

Salvatore Caputo, chef de chœur à l’Opéra de Bordeaux, nous a raconté l’histoire  de cette œuvre interdite, samedi 2 février 2019, à la Bibliothèque de Bordeaux Meriadeck.

Lady Macbeth de Mzensk, second opéra de Dmitri Chostakovitch  est un succès public phénoménal, qui devait constituer le premier volet d’une trilogie à la gloire de la femme soviétique. Staline, scandalisé, brisa net la carrière de cet opéra et fit abandonner au compositeur toute velléité d’autre création lyrique.

Il s’agit d’un opéra en quatre actes sur un livret du compositeur et  dramaturge Alexandre Preis basé sur une nouvelle de Nicolaï Leskov qui raconte un fait divers de la province russe du XIXe siècle, mis en chantier par Chostakovitch en 1930, tout de suite après la création de son premier opéra Le Nez. L’œuvre fut créée à Leningrad le 22 janvier 1934 et donnée deux jours plus tard à Moscou. Le succès fut tel qu’elle ne quitta pas l’affiche et atteignit en deux ans presque deux cents représentations.

En 1936, Joseph Staline se décida à voir Lady Macbeth de Mzensk, qui lui déplut, pas tant par sa musique que par la crudité des scènes sexuelles. La voici qualifiée de décadente et dégénérée par le Petit Père des Peuples indigné.

Le 28 janvier 1936 parut dans la Pravda (la vérité, en russe), organe du parti communiste, et par conséquent reflet de ses opinions, un article anonyme (en 3éme page) intitulé « le chaos remplace la musique ». En le lisant Chostakovitch comprend que l’article parle de Lady Macbeth, et de sa musique, qui bien qu’apprécié depuis 2ans par le public à l’étranger, est une menace déguisé d’un éventuel séjour en Sibérie, reflétant l’opinion du parti, donc de Staline.

Salvatore Caputo

Cet article fut le signal de départ d’une campagne de presse et de mobilisation de l’opinion contre Chostakovitch, et Lady Macbeth disparut de la scène. A partir de ce moment il sera complètement isolé, abandonné par ses amis et les compositeurs, car il est devenu dangereux de l’approcher. Plus personne ne veut jouer du Chostakovitch, son entourage familial et amical subit le joug de la police secrète, ce qui augmente sa crainte d’être arrêté.
Après l’ère stalinienne, le compositeur entreprit la révision de l’œuvre: Le livret est édulcoré, l’interlude symphonique illustrant la scène d’amour est supprimé.

En 1963, Chostakovitch finalise la mouture assagie de son œuvre et lui donne le titre de Katerina Ismaïlova (L’opéra était dédié à la première femme du compositeur, Nina Varzar.).
En 1970 la carrière internationale de Rostropovitch débute, glanant les plus prestigieux concours, et en 1974, Galina Vichnevskaïa et son époux Mstislav Rostropovitch quittèrent l’URSS, avec dans leurs bagages la partition de la version originale de Lady Macbeth. L’enregistrement, qui fait encore figure de référence de nos jours, parut en 1979. « Lady Macbeth de Mzensk » était sorti de l’oubli comme le montre cet extrait du spectacle enregistré le 25 janvier 2016 à l’Opéra de Lyon.

La prochaine conférence musicale de Salvatore Caputo à la Bibliothèque de Bordeaux sera :
« La symphonie de Psaumes de Stravinsky » le samedi 09 mars 2019
Bibliothèque Meriadeck
Espace Musique, niveau 1
85 cours du maréchal Juin
33000 Bordeaux
05 56 10 30 00

Jean

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s