Le Printemps des poètes à Mériadeck

Publié par

Les conférences du “Samedis du Patrimoine” de la Bibliothèque ont eu pour thème le 16 mars 2019 : “Poésie, Passage en revues”. Laurence Cremieu Alcan et Maud Le Gall-Yver, gestionnaires de collection,  ont proposé de découvrir d’une manière inédite des documents sur la poésie (recueil, affiches, sites informatiques), conservées à la bibliothèque Bordeaux Mériadeck. Cette surprise se nomme: Damien Tridant, un comédien acteur.

« L’idée initiale de cette présentation revient au constat de la richesse de la bibliothèque en matière de revues sur la poésie. L’idée d’engager un comédien nous a paru être une évidence pour donner à entendre le contenu de ces revues en cette période du « Printemps des poètes » explique l’équipe de la bibliothèque. Tout au long de notre plongée dans l’océan de la poésie, Damien déclama des extraits de poésie, choisis par lui, sur une scène variant au fil des rayonnages, et avec des postures et accessoires changeants en fonction des messages qu’il souhaitait faire passer. Comme le rappelle les gestionnaires des collections, « l‘objectif était aussi de lever un pan sur la diversité poétique de ce XXe siècle et de refléter l’existence plus ou moins éphémère de revues qui portaient chacune leurs aspirations dans un contexte politique et social pour certaines très particulier. »

Poésie créole

Damien Tridant   a lu des extraits choisis “d’Action poétique”: La revue créé au début de l’année 1950 à Marseille. Elle  s’est distinguée pour sa large ouverture sur la poésie étrangère, pour son intérêt porté aux autres cultures, ainsi que pour la place faite aux femmes qui écrivent. Nous suivons, des yeux et des oreilles, Damien déambuler dans les couloirs. Le choix de s’éloigner, de se rapprocher, monter sur un escabeau, fait varier le ton de sa voix .  « La poésie créole, dans la simplicité du dire, debout au milieu des spectateurs, sans chercher à prendre l’accent mais en respectant scrupuleusement l’écriture, pour rendre la spontanéité facétieuse et les nuances dramatiques du propos » , explique l’acteur.

 

« L’Éphémère »

revue parue de 1967 à 1972, a été présenté en étant recroquevillé, afin de « lire à travers les rayonnages, comme une fenêtre ouverte par le poète sur le sculpteur, comme les sculptures sur le monde intérieur et hanté de l’artiste et comme la vie sur la mort » précise Damien Tridant.

L’affiche, revue murale de poésie

Ce concept a été développé par l’association « Vers le livre d’artiste ». Damien Tridant a interprété pour nous l’affiche de Michel Ohl: « Onesse », et décrit son travail à partir du support de l’affiche: « Suivre et montrer le découpage du texte, jouer la farce dans le style du récit, varier les tons pour rendre cette fragmentation, cet humour et cette ironie (accent, chantonnement, chant, cri) ». Pour bien comprendre la difficulté d’interpréter le texte de cette affiche il faut l’agrandir et s’imprégner de son contenu. L’auditoire fut captivé par l’interprétation.

  « TXT »

Cette revue créée dans l’effervescence de l’après mai 68, se propose comme toutes les avant-gardes, de sortir la littérature française d’une impasse. La lecture par Damien Tridant : Valère Novarina « entrée de l’homme de valère dans le théâtre des oreilles », prouve la difficulté pour un comédien de s’approprier un rôle. Damien Trident explique; « Le génie de Novarina « impose » une voix, un rythme, un débit. un flux continu, une élucubration cherchant à suivre le processus mental de la création, dans un mouvement intérieur que j’ai traduit par des circonvolutions dans l’espace, jouant aussi sur le déplacement de la voix dans hors de la vue, considérant que le texte pouvait être partiellement perdu à l’écoute pour renforcer la véhémence du propos, avec des retours ponctuels vers le public. Là encore, le jeu de l’acteur est requis, avec une emphase assumée,  une mise à nu, un épuisement. »

 

 

Le choix des ouvrages, le ton des extraits et l’accompagnement tant vocal que gestuel, ont passionné la dizaine de personnes assistant à cette présentation.
Damien Tridant se confie: « Le fil rouge de mon propos était à la fois de « laisser dire » les poèmes, de se laisser guider par eux,sans autre a priori que celui de l’impression du moment fait des circonstances du lieu, de la proposition, mais aussi de « faire lecture », de montrer comment la poésie agit sur le corps et la voix, de faire jeu et poésie à partir des textes, de transformer, c’est-à-dire littéralement d’interpréter la poésie, afin que nous passions un moment de création. »

Suivez la programmation de conférences du cycle Le patrimoine vous ouvre ses coffres  :
Bibliothèque Mériadeck
85 cours du maréchal Juin
33000 Bordeaux
T: 05 56 10 30 00

 

Jean

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s