La bourse du travail : Art nouveau, syndicalisme et culture 

Publié par

Il a fallu presque un siècle de lutte pour obtenir la construction d’un bâtiment permettant d’abriter les syndicalistes pour exercer leurs droits d’une façon pérenne dans un lieu symbolisé par une création s’inscrivant dans le mouvement art déco.

L’édification d’une bourse du travail est confiée au jeune architecte toulousain Jacques d’Wells (1883-1970)pour réaliser « un véritable palais pour le peuple… qui a bien le droit de profiter de l’art et des richesses qu’ils contribuent à édifier » dira Marquet, alors maire de Bordeaux, pour les syndicats ouvriers qui regroupent déjà à l’époque près de 60 000 adhérents. La bourse du travail imaginée par d’Wells est un vaste bâtiment à la fois de maison des congrès et maison des syndicats, haute de 5 étages divisés en 2 triangles dont chaque partie est dévolue à une fonction. L’une peut accueillir des conférences, des spectacles (théâtre musiques, foyer, loges promenoir). Le dernier étage est réservé à une salle de conférence bibliothèque qui s’ouvre sur un patio style villa romaine, dominant une partie de la ville. L’arrière regroupe sur 5 étages plusieurs dizaines de bureaux, quatre salles de conférences et salle de cours.

Déco et artistes

Voulu par Marquet, une large part est faite à la décoration réalisée par des artistes de l’école de Bordeaux. Sculptures, peintures, symbolisant la gloire et la bonne fortune de Bordeaux, hommage au dynamisme du monde ouvrier local. L’artiste Jean Dupas est chargé de réaliser les fresques de la grande salle de conférence. Les peintures des foyers représentent de manière allégorique le thème du vin par François -Marle Roganeau. Louis Bâte culpte au dessus des portes du promenoir les fameux profils de Proudhon -Jaures-Fourier, trois grandes figures du socialisme…Grâce à tout cela, la bourse du travail sera classée en 1998 aux monuments historiques au titre de patrimoine architectural du 20eme siècle confortant ainsi la référence au mouvement « Art Nouveau »

La bataille syndicale

Tous ces trésors n’existeraient pas sans la volonté des précurseurs du syndicalisme « La première idée concrète des bourses du travail remonte à 1843 avec la proposition de l’économiste libéral Gustave Molinar, de créer à l’image de la bourse financière, une bourse du travail, lieu d’échange entre l’offre et la demande d’emploi » explique Jean Lavie, de l’IHS (Institut de l’Histoire Social de la CGT). En 1884 waldeck Rousseau fait voter la loi sur la liberté syndicale débouchant sur le développement des chambres syndicales et les bourses du travail. Dès son élection à la mairie de Bordeaux, Adrien Marquet, déjà député socialiste, met en route le processus de la construction de cette bourse qui sera inaugurée le 1mai 1938, imaginé par l’architecte toulousain Jacques d’Wells. 1940, la CGT est dissoute les Allemands réquisitionnent le bâtiment. Dès 1944 la CGT reprend possession de Leur bourse .

L’apogée

En plus d’un lieu très actif de l’action syndicale, la bourse , à leur initiative, devient un lieu important de la culture et de l’émancipation ouvert à tous grâce à son équipement, salles de conférences, salle de spectacle, la plus importante de Bordeaux à l’époque, haut lieu du théâtre, du cinéma d’art et d’essai, cinéma social, cinéma engagé, projetant même des film souvent interdits dans les autres salles. On peut danser dans l’immense hall d’entrée et la cour intérieure où des bals sont organisés les jours de 1 mai , des grandes expositions se succèdent. La musique n’est pas en reste avec ses concerts,chorales…Ces activités ont disparu pour cause d’un énorme chantier de rénovation malheureusement indispensable. La CGT reste ouverte au publique pour toute l’activité syndicale, ainsi que les bureaux de l’IHS (Institut d’Histoire du Syndicalisme), entité peu connu du public et experte sur l’histoire du syndicalisme de notre région. Enfin, Jean Lavie précise « depuis la rénovation des locaux, la convention qui lie la CGT à la mairie de Bordeaux prévoit dès la mise aux normes de sécurité que la salle Ambroise Croizat devienne salle municipale à disposition de qui le souhaitera pour des initiatives culturelles ».

Infos pratiques:

La bourse du travail se visite à l’occasion des journées du patrimoine sur RDV

Institut CGT d’Histoire Sociale de la Gironde :

44 court Aristide Briand – 0556928891

Yannick33

Un commentaire

  1. Ce bâtiment Art Deco est très représentatif des constructions d’avant guerre.Il à son charme et surtout une belle histoire contée avec talent par notre ami Eric!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s