La Petite Gironde – 26 août 1944

Publié par

Le journal « La Petite Gironde », numéro 26.137 du 26 août 1944, n’est qu’une simple feuille recto verso, restrictions de la guerre obligent. Deux mois et dix jours après le débarquement de Normandie, onze jours après celui de Provence, les Bordelais de la « zone interdite » lisent les nouvelles du jour dans ce dernier numéro d’occupation allemande. Une édition qui ne laisse pas présager la libération survenue le lendemain!

Il y a soixante-quinze ans, jour pour jour, ce journal bordelais, « le plus fort tirage des journaux de province », publie ce samedi-là son dernier numéro de ville occupée avec cinq articles relatifs aux combats en cours. Quatre proviennent de Berlin, et l’éditorial est un « communiqué allemand ». On y parle partout de l’ennemi, à savoir les forces alliées. Ces articles semblent décrire la situation militaire en cours. Les combats de la capitale où pourtant, la veille le 25 août, le Général de Gaulle avait lancé le désormais célèbre « Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris Libéré !« ) : « Les anglo-Américains sont passés à l’attaque à l’Ouest de Paris ». Ceux vers Brest « Une attaque massive alliée semble imminente », en Provence « La résistance des garnisons de Toulon et Marseille permet le décrochage allemand vers Lyon ». Ailleurs aussi : front de l’Est « Les troupes soviétiques s’efforcent d’exploiter la situation », Norvège, Belgique, Balkans ou encore Italie.
Sont alors listés nombre d’appareils et bombardiers alliés abattus, force chars détruits, canons pris, « terroristes » exécutés, régiments alliés décimés.  On note même un porte-avions coulé la veille « dans la mer Arctique ». Les commentaires s’y veulent rassurant sur « Les durs combats défensifs et les contre-attaques couronnées de succès des armées allemandes » ou bien sur les « garnisons qui résistent », y compris des « forces françaises retranchées au Louvre ».

Censure
Ce feuillet veut aussi parler d’autres choses, anodines, même si la situation en ville est critique. Cela permet d’éviter la réalité du moment et se conformer à la censure en place comme cela a été le cas pour tous les numéros publiés pendant l’occupation. Il présente ainsi six articles issus de la rédaction locale sur les partis politiques en Hongrie, l’apprentissage des langues vivantes après la guerre, un autre sur le pétrole en pierre…ou encore sur l’hôtel de ville qui sauta au matin du 13 décembre 1657!

Vie quotidienne
Dans ce numéro, on y trouve les habituels calendriers des ravitaillement des répartition de maigres denrées disponibles ou des tickets de rationnement pour la semaine suivante, services de garde, promesse de récompense (à qui retrouvera une Renault Viva 6 glaces, gazo arrière Monthuzet-Baco), tenue du Conseil municipal du 25 août (le dernier pour le maire Adrien Marquet qui sera emprisonné au fort du Hâ dès le 29 août). Deux photographies sont publiées : « A Paris, les voitures à bras par milliers remplacent les camions » et « Un des premiers cars assurant la liaison postale Paris – Vichy » en 1940. Sans aucun rapport avec Bordeaux, ni avec le moment.
On y trouve aussi les informations sur les programmes de dix-sept théâtres, cabarets, et cinémas avec à l’affiche des vedettes « autorisées ». Fernandel « Ne le criez pas sur les toits », Albert Préjean « Dédé la musique »; et on peut y voir aujourd’hui un clin d’oeil à la situation, les films « La grande révolte » et « L’homme de Londres ». Enfin, un appel aux jeunes de 14 à 25 ans à rejoindre « les équipes nationales» créées en 1942 par Vichy, puis un conseil vraiment très précis : « Camouflez vos lumières de 21 h 20 à 6 h 45 ». Mais rien  laissant prévoir la Une du numéro 26.138 suivant, le dernier de « La Petite Gironde »,  lundi 28 août 1944 :
« Comité Régional de la Libération du Sud-Ouest
IVème République –
Ordre du jour n° 1
du 27 août 1944
Le Délégué militaire régional
Le Délégué militaire du War Office
à tous les F.F.I… » 

Le 27 août les Allemands ont quitté la ville, le 28 Bordeaux était libérée !

 

Commémoration du 75ème anniversaire de la libération de Bordeaux

Mercredi 28 août 2019, Esplanade Charles de Gaulle Mémorial de l’Armée des Ombres à 10 h 30, puis Cour de l’Hôtel de Ville de Bordeaux à 11 h 00.

Éric

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s