La première église Sainte-Marie de Bordeaux-Bastide

Publié par

Avant la construction de l’actuelle église Sainte-Marie par l’architecte Abadie, avenue Thiers à Bordeaux, une première église Sainte-Marie avait été édifiée. Ses vestiges se trouvent 59 rue de la Benauge. Elle abrite désormais l’école de Design Condé-Créasud.

L’ancienne église réapparaît

En 2016, la rénovation des bâtiments qui abritent désormais une école de design a permis la réapparition de l’ancienne église. Ses traces se retrouvent maintenant plus aisément. Les locaux de l’école de design Condé-Créasud présentent les derniers murs, arcs et fresques de la première église Sainte Marie du quartier. Mme Villepontoux, assistante de direction de l’établissement, précise « Les vestiges de l’ancienne église démantelée en 1875, existent dans le bâtiment que nous appelons tous ici « l’Église ». Ils présentent sur trois niveaux murs en pierres, soubassements anciens, voûtes et arcs, une niche et des escaliers cachés. Ils ménagent un cadre intimiste et donnent beaucoup de charme aux salles de cours les plus appréciées des élèves pour leur cachet. Le mur extérieur, côté ouest, présente aussi six fenêtres voutées ».

Une chapelle trop petite

En 1830, neuf ans après la construction du Pont de Pierre, la population grandit sur quartier de La Bastide, alors commune de Cenon. Il est décidé de remplacer l’ancienne chapelle Notre-Dame du Réconfort, jugée trop petite, à peine soixante mètres carrés. La nouvelle église, Saint-Marie Notre-Dame du Réconfort, est construite, sur un terrain concédé gratuitement le 27 juillet 1833 par la famille Ducheyron dont le nom est aujourd’hui donné à la rue contiguë au monument. Les travaux se font sur la base des plans d’Auguste Bordes, architecte, qui a élaboré initialement un projet bien plus ambitieux que celui finalement réalisé. Il l’explique lui-même dans un opuscule dès 1838*. Jalousies, démission du maire de Cenon, malfaçons, matériaux non conformes, cahier de charges non respecté, accidents, dont un décès le 9 août 1837, transforment et réduisent le projet.

Un monument modeste

Les premiers coups de pelle sont donnés par l’entrepreneur Picard (adjudicataire) sur le chantier en juillet 1834, il se termine en 1838. Au final, ce monument reste modeste, plus petit qu’initialement prévu.  Le tout construit pour moins de 30 000 francs de l’époque, somme présentée comme assez peu élevée. A peine dix années plus tard, cette église est déjà, à nouveau, considérée comme trop petite et mal située. Désaffectée après une trentaine d’année d’utilisation, une partie est détruite pour laisser place à la rue Général du Cheyron, le reste transformé en entrepôt. Un peu plus tard, entre 1863 et 1884, Paul Abadie construit l’actuelle église Saint-Marie de La Bastide dans un quartier désormais annexé à Bordeaux, sur la nouvelle route de Paris, actuelle avenue Thiers. Mais cela c’est une autre histoire.

Éric

Réf.

*Église de la Bastide – Notice sur la construction de cet édifice par Auguste Bordes, architecte de ce monument. Bordeaux. Th. Lafargue imprimeur-libraire.1838.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s