Lever de rideau sur le pont Jacques Chaban-Delmas

Publié par

La visite du pont Chaban-Delmas est un événement à lui seul. Cette découverte est possible lors de visites programmées au cours de l’année ou lors des journées du patrimoine. C’est le responsable de la surveillance et entretien des ponts, Laurent Rascouailles, qui en assure la visite.

Bienvenue dans l’un des chantiers les plus colossaux de Bordeaux. Construit entre le pont d’Aquitaine et le pont de Pierre, c’est le plus haut pont levant d’Europe, reliant les quartiers Bacalan et Bastide et permettant le passage des paquebots de croisière, tout en assurant le franchissement urbain. Initiés fin 2009, les travaux auront duré 3 ans et 3 mois. Ses fondations ont nécessité d’importants travaux subaquatiques assurés par des scaphandriers. L’ensemble des portions du pont d’une longueur de 575m représente 6100 tonnes de charpentes métalliques; la travée* centrale mobile longue de 117m pesant elle 2500 tonnes, utilise un système à contrepoids proche de celui d’un ascenseur. Quatre pylônes de 80m, accueillant les mécanismes de levage du pont sont équipés de milliers de lampes DEL qui la nuit indiquent en bleu la marée haute et en vert la marée basse. À Rio de Janeiro, l’entreprise d’ingénierie EGIS- JMI, conceptrice de l’ouvrage au côté de l’architecte Thomas Lavigne, a reçu le prix « Outstanding Projects 2014 » qui récompense les ingénieries remarquables. Le pont Chaban-Delmas rentre ainsi dans le club très fermé des ouvrages primés à l’international.

Respect de l’environnement
La CUB a exigé que ce chantier soit exemplaire; le plan de respect de l’environnement a été scrupuleusement suivi dont Natura 2000 qui a pour objectif de protéger l’habitat naturel et de renforcer la protection de la Garonne. Le chantier a dû respecter les obligations de la loi sur l’eau qui interdit de draguer la Garonne de janvier à juillet afin de ne pas perturber la reproduction des poissons (saumons, esturgeons, lamproies, aloses…). Le chantier a généré 517 tonnes de déchets. Ce volume a fait l’objet d’une attention toute particulière; ces déchets collectés ont été soit recyclés (gravats, cartons, papiers) soit valorisés (bois, ferraille).

Une fréquentation accrue
Depuis la fermeture du pont de Pierre à la circulation automobile, le pont Chaban-Delmas est devenu le pont indispensable aux habitants de la rive droite. Second pont routier à être situé dans la ville, il permet de désengorger le pont St Jean en attendant la finalisation du pont Simone Veil.

*Travée: portion de pont se situant entre deux appuis.

Infos pratiques: inscription par mail: lrascouailles@bordeaux-metropole.fr .

Brigitte

Un commentaire

  1. Bravo Brigitte
    Un documentaire clair et précis.Nous ,les reporters sommes fiers de t’avoir dans notre équipe. Continue à nous éclairer avec tes reportages toujours très intéressants !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s