Jour d’audience au tribunal correctionnel

Publié par

L’architecture du palais de justice de Bordeaux ne laisse pas indifférent. Réalisé en 1998 par le cabinet d’architectes Richard Rogers, le tribunal correctionnel, juridiction pénale, est intégré dans l’ancien fort du Hâ. Il est inscrit au patrimoine du XXème siècle. Les différentes coques de bois, en forme de ruches, sont des salles d’audience où se jugent les délits commis uniquement par les majeurs. Chaque citoyen a le droit de venir assister à une audience. Une manière de comprendre la justice !

Un lundi du mois de novembre, 13h30. La salle d’audience est agitée : Public, victimes, prévenus, avocats. Les discussions vont bon train mais une sonnerie vient les interrompre. C’est l’entrée des juges et l’instant est solennel. Tout le monde se lève. Le juge au milieu de ses deux assesseurs va présider l’audience. Sur son côté droit siège le Ministère Public représenté par le procureur de la République ou un substitut. Son rôle est de défendre les intérêts de la société. Il synthétise les éléments à charge contre le prévenu et requiert une peine que le tribunal n’est pas obligé de suivre. Sur son côté, une greffière retranscrit le déroulé des affaires et des décisions rendues. Les affaires s’enchaînent : cambriolages, violences, harcèlement, menaces. Pour chaque dossier, le déroulement est le même. Le président demande au prévenu son identité, l’informe de l’acte pour lequel le tribunal est saisi, l’interroge sur les faits et sa personnalité. Ensuite, l’avocat de la partie civile plaide, puis viennent les réquisitions du Ministère Public et la plaidoirie des avocats du prévenu. Celui-ci a la parole en dernier.

Dura lex

« Merci monsieur le juge, je me voyais déjà en prison. Encore merci, je ne recommencerai plus. J’étais bourré, je regrette mes menaces et mes insultes envers mon ex. Je la laisserai tranquille désormais. Merci de me laisser libre ». Parfois clémentes, parfois sévères, les décisions rendues ne sont pas évidentes à prendre. Elles peuvent sembler justes pour certains, injustes pour d’autres. Mais elles réservent aussi des surprises, plutôt bonnes pour ce prévenu qui n’en finissait pas avec ses remerciements. Le jugement peut être rendu immédiatement ou mis en délibéré à une date ultérieure, ou en fin d’audience ou lors de la suspension de celle-ci. Aujourd’hui, les décisions sont rendues en délibéré au cours de l’audience. En effet, il n’a écopé que de sursis et une peine d’amende. Sourires amusés du public. Les plaidoiries sont parfois grandiloquentes. Toutefois le tribunal n’est pas une salle de spectacle mais l’endroit où la loi est appliquée et la justice rendue.

Infos pratiques : Audiences libres du lundi au vendredi à partir de 13h30

Un commentaire

Répondre à antoineserrano0092orangefr Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s