Une révolution agricole: « la ferme Aquaponique» : une start-up bordelaise dans cette révolution en marche

Publié par

L’aquaponie, cet écosystème mêlant l’aquaculture (élevage de poissons) et l’hydroponie (culture des plantes hors-sol, les racines dans l’eau), constitue une perspective agroécologique pour le monde de demain, suscitant parallèlement l’émergence d’une nouvelle génération de fermiers et d’agriculteurs.

L’aquaponie est une méthode de culture très ancienne. On en retrouve des traces au Mexique, il y a 4000 ans (cultures sur des îlots de paille flottant sur des lacs). Ce système existait effectivement chez les Aztèques qui créaient des îles artificielles flottantes faites de boue et de paille sur lesquelles poussaient maïs, haricots, tomates. Très utilisée également en Chine jusqu’à la la révolution culturelle pour la culture du riz, puis quasi abandonnée ensuite et à nouveau encouragée par le gouvernement.

Les Nouvelles Fermes (LNF)

Installer une ferme d’aquaponie en milieu urbain fut le projet de 5 amis bordelais, désireux de révolutionner le monde agricole en créant, en 2019, leur première ferme urbaine expérimentale « Pauline »  à Lormont  sur une ancienne friche industrielle. Ils créent ainsi «Les Nouvelles Fermes», jeune pousse française de l’économie sociale et solidaire au croisement entre le maraîchage, l’agro-industrie et la Start-up avec comme président Thomas Boisserie. Cette ferme répondant au joli nom de « Pauline » est une exploitation sous serre de 1000 m2; serre bioclimatique à double paroi ventilée, au toit amovible, intégrant des capteurs climatiques et des capteurs d’insectes. Cette ferme produit actuellement 2 tonnes de fruits et  légumes distribuées en direct dans un rayon de 10 km à des restaurants, détaillants et petits supermarchés ainsi qu’aux particuliers.

Un système circulaire

« Pauline » est gérée par 3 personnes dont Mme Laura Gaury (chargée des relations clients professionnels et particuliers), qui explique son fonctionnement lors de la visite. «Les cultures poussent dans un composé organique de noix de coco broyée et sont irriguées par de l’eau provenant de bassins d’élevage de truites Arc-en-ciel . Des bactéries aérobies transforment l’ammoniaque et l’urée contenus dans les urines et déjections des poissons en nutriments (nitrate) directement assimilables par les végétaux; les plants cultivés épurent l’eau par leur système racinaire permettant à celle-ci de retourner purifiée dans les bassins. Pour se faire, les truites vivent d’octobre à juin dans 4 bassins de 16 m3, dans une eau à 18 degrés, nourries avec des granules et de la farine de pois bio. Lorsqu’elles atteignent 1,2 kg, elles sont transformées dans une conserverie de Charente en rillettes de truite».

Bassin de truites Arc-en-ciel. –crédit photo: Sarah Arnould

Bientôt la plus grande ferme urbaine en aquaponie d’Europe

Forts de leur succès les fondateurs ont décidé de passer à l’échelle supérieure en créant une nouvelle ferme répondant au nom d’ « Odette »  qui s’étendra sur 5000 m2 à Mérignac. Elle verra le jour en 2022 et embauchera 17 personnes ( agriculteur urbain, hydroponiste, aquaculteur et commerciaux). Ce projet est rendu possible grâce à des fonds d’investissements réunis par l’Agence de développement et d’innovation de Nouvelle Aquitaine. L’objectif à terme est de valider un modèle d’exploitation et de l’implanter dans d’autres grands centres urbains, en revalorisant par la même occasion du foncier délaissé.

Raisons du succès

Les avantages de l’aquaponie sont multiples selon Thomas Boisserie, «c’est une agriculture intensive, sans chimie de synthèse, sans produits phytosanitaires qui est une porte ouverte à l’agriculture écoresponsable de demain. Ces fermes sont capables de produire 5 fois plus au m2 qu’en pleine terre avec 10 fois moins d’eau sans aucune chimie». L’aquaponie  est un mode de culture idéal en zone urbaine; il est particulièrement adapté au circuit court favorisant le développement d’une économie locale en vente directe, limitant les coûts et les émissions de CO2 liés au transport. Elle connaît un regain d’intérêt en occident; certains passionnés produisent même des kits aquaponiques à destination des particuliers.

Infos pratiques:

Adresse: « Pauline Air Farm »: 3 rue Banlin à Lormont ouverture aux particuliers : mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 12h à 15H

Ferme PAULINE de Lormont -crédit photo: Sarah Arnould

Un commentaire

  1. Très beau reportage et très documenté. Je ne connaissais pas ce type de culture qui me paraît très bien adapté à notre époque. Bravo Brigitte !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s