Musée d’Aquitaine : la déferlante surf

Publié par

Le musée d’Aquitaine à Bordeaux propose jusqu’au 5 janvier 2020 une exposition temporaire consacrée au surf. Des origines à nos jours, elle embarque les visiteurs entre sport et mode de vie, fantasme et réalité!

A contrario de certaines idées reçues, la présentation d’un sport, en particulier de l’univers du surf, a bien sa place dans le cadre institutionnel d’un musée. C’est ce challenge qu’a relevé le Musée d’Aquitaine, comme il l’avait déjà fait avec le rugby puis le football. L’exposition est en effet riche, presque exhaustive, autour de la collection privée de Gérard Decoster bien complétée. Sur deux étages, huit cents mètres carrés, près de cinq cents œuvres relatives à cette pratique y sont présentées. Des surfs exposés, bien sûr, des plus anciens aux plus récents mais bien d’autres choses aussi : faune polynésienne, tenues évoluant du maillot en laine à la combinaison néoprène, tiki-bar, photographies et documents sonores, films, affiches, objets ou œuvres d’art, etc. Très complet. Tout est évoqué, de la pratique originelle aux vagues géantes Bélambra ou Nazaré, d’Hawaï à la Côte Basque en passant par la Californie. Du sport à la sociologie, de la réalité aux fantasmes qu’il véhicule. Approches sociétale, anthropologique, artistique et économique, environnementale aussi.

 Quatre étapes, presque quatre époques.

Les origines, la découverte et les premières descriptions au XVIIIème siècle par l’explorateur James Cook. La redécouverte au début du XXème siècle à Hawai par Jack London, puis dans les années vingt par une grande amatrice de cette activité : la romancière Agatha Christie.
Le développement et la popularisation en Californie, ensuite à partir des années cinquante avec aussi, en réaction à la guerre du Viêt Nam, une forme de contre-culture véhiculant le stéréotype d’un mode de vie épris de liberté. Puis l’arrivée sur la côte Basque, et ses pionniers, « Les tontons surfeurs », dont Joël de Rosnay. Enfin, l’expansion, la composante écologique et la démocratisation notamment en Europe avec les nouvelles techniques de fabrication et les championnats sportifs. Jusqu’au 5 janvier 2020, un très beau voyage au Musée d’Aquitaine, à quelques années des jeux olympiques de Paris, dont les épreuves de surf sont attendues sur la côte Girondine, d’un œil devenu éclairé et connaisseur.

Éric

Musée d’Aquitaine 20 cours Pasteur 33000 Bordeaux Tél. 05 56 01 51 00.                Visites commentées mercredis 15 h et dimanches 15 h 30

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s