Derniers jours pour l’exposition « Bordeaux ville de pierre » !

Publié par

Depuis la mi-octobre, une exposition gratuite à la Maison du Projet des Bassins à flots restitue au public un travail de fourmi et de titan à la fois, mené depuis 2004 : l’inventaire du patrimoine architectural et urbain des quartiers. Derniers jours pour profiter de cette présentation d’un incomparable recensement avec la participation des habitants.

L’exposition « Bordeaux, ville de pierre : un patrimoine à vivre ! », est organisée à l’initiative de Bordeaux Métropole en partenariat avec la ville de Bordeaux, par la commissaire d’exposition Anne-Laure Moniot, qui est aussi architecte et enthousiaste responsable du projet. Elle relève le défi de résumer l’énorme travail d’inventaire qui a été mené pendant plus de quinze ans à Bordeaux par dix spécialistes mais aussi une multitude de partenaires, à la fois sur le terrain et dans les archives. Pas moins de 51 689 fiches d’inventaire, 254 402 photographies pour dresser le portrait d’un territoire urbain de 1400 hectares environ, avec ses 48 830 immeubles bâtis et 7 859 parcelles non bâties. Cela représente des milliers de journées d’enquête, auxquelles s’ajoute le travail de documentation historique, avec 14 866 photos de sources archivistiques et encore beaucoup de fiches, qui ont permis de comprendre la morphogénèse* des architectures qui forment le paysage de la ville de pierre, ses 2 559 îlots et ses 2 217 rues. Edifices remarquables comme édifices communs contribuent ensemble à l’histoire et au patrimoine de Bordeaux. On peut alors justifier les mesures de protection, mesurer les qualités patrimoniales des paysages étudiés, étendre l’observation au-delà du strict périmètre réglementaire. On pourra ainsi définir des règles d’évolution adaptées aux qualités patrimoniales des architectures et des ensembles urbains, constatées sur une échelle précise. Les travaux de cartographie viendront inspirer les projets pour concilier conservation et évolution, en gardant à Bordeaux son caractère unique, et souligner l’équilibre entre le bâti et le non-bâti pour la physionomie de la ville et la qualité de vie.

Un travail scientifique, une présentation grand public

Présentée dans un espace subdivisé en « pièces », à l’image d’une « échoppe » traditionnelle typique du bâti bordelais, l’exposition est une agréable déambulation, guidée par une spécialiste enthousiaste, très ouverte au dialogue. Parmi les panneaux illustrés de très nombreuses photos, où chacun reconnaîtra des éléments familiers de la « grammaire » architecturale locale : unité générale et variété des éléments, mixité des époques le plus souvent réussie. L’intérêt supplémentaire de l’exposition est de toucher le visiteur dans son quotidien, dans sa mémoire, mais aussi dans son sens esthétique et peut-être de l’inspirer dans ses propres projets d’amélioration ou de rénovation. Le couloir central révèle les « coulisses du travail », les « chambres » de part et d’autre montrent la documentation et les images de terrain, puis la « salle à manger » permet de s’asseoir autour de la table, de visionner des diaporamas et de questionner à loisir la commissaire de l’exposition.

*Processus de création d’un ensemble de formes urbaines 

Infos pratiques :

Maison du projet des Bassins à flot, RDC du Hangar G côté bassin, quai Armand Lalande, Bordeaux (entrée face à la « soucoupe volante »)

Clôture prévue le 20 décembre 2019, avec une table ronde à 18h, « la carte n’est pas le territoire ».

villedepierre@mairie-bordeaux.fr

Sylvie (photo Annie)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s