Une balade à la rencontre des statues emblématiques de la ville!

Publié par

Parsemées çà et là dans la ville, les statues composent le paysage architectural de Bordeaux. Parfois imposantes, parfois discrètes, atypiques ou classiques, chacune regorge d’anecdotes.

Au bout du cours d’Arnozan, face au Jardin Public, est érigée une statue en bronze de Jeanne d’Arc, œuvre du sculpteur Louis Dichin. Cette statue représente Jeanne d’Arc à cheval, portant son armure ainsi qu’une bannière enroulée. Son inauguration a lieu le 14 mai 1950, jour de la Sainte Jeanne d’Arc, par Jacques Chaban Delmas, maire de Bordeaux. À quelques pas, en remontant le cours Foch, l’une des figures emblématiques de la ville, trône sur la place des Quinconces, le monument des Girondins. Ce monument élevé à la mémoire des députés victimes de la terreur, entre 1894 et 1902, est composé d’un socle surmonté d’une colonne de 43 mètres de haut, où culmine l’ange de la liberté brisant ses fers. De chaque côté, deux bassins ornés de chevaux encadrent de nombreuses sculptures représentant des symboles de l’histoire tels le Triomphe de la Concorde (pour la paix et le bonheur), le Triomphe de la République ( pour le travail, une corne d’abondance. La poursuite de cette ballade amène les visiteurs assez naturellement vers les quais et la place de la Bourse, merveilleux endroit face au miroir d’eau. La fontaine des Trois Grâces est majestueuse et représente les filles de Zeus, Aglae (beauté), Euphrosyne (joie) et Thalie (abondance). Initialement, une statue de Louis XV se tenait au centre de la place. Elle fut enlevée pendant la Révolution. Un projet de fontaine voit alors le jour. Dessinées par l’architecte Louis Visconti, leur réalisation est l’œuvre des sculpteurs Charles Gumery et Amédée Jouandot. À l’occasion de l’inauguration en mai 1869, le curé de la paroisse St Pierre, choqué par la nudité, aura ces mots célèbres « j’aurais préféré bénir des statues de Saintes que des seins de statues». Rêvassant dans les ruelles du vieux Bordeaux, la promenade conduit les curieux Place Pey Berland où une imposante statue de Jacques Chaban Delmas, ancien maire et premier ministre, prend place. Le représentant marchant et vêtu de son célèbre imperméable, cette statue de 3,20 m de haut est érigée symboliquement face à l’hôtel de ville et à deux pas du musée Jean Moulin, qui fut compagnon de la Libération. Elle est inaugurée en 2011 par Alain Juppé, alors maire de Bordeaux.

Ces drôles de tortues

Longeant la ligne de tram sur le cours Pasteur, la Place de la Victoire se dévoile et offre une multitude de curiosités : la Porte d’Aquitaine, l’obélisque et ses mystérieuses tortues en bronze. Signées Yvan Thiemer, peintre et sculpteur tchèque, elles incarnent la longévité et la durée. Elles tiennent en leurs mâchoires des grappes de raisin. Leurs carapaces sont décorées de grappes et de monnaies antiques qui rappellent que Bordeaux produit du vin depuis l’époque romaine. Et tout ça sous l’œil de Dionysos, sculpté en Lilliputien, dieu de la vigne et du vin dans la mythologie grecque.

Patrick

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s