La belle histoire du whisky bordelais

Publié par

Au royaume des vignobles bordelais s’épanouit une distillerie de whisky « Moon Harbor », en référence au Port de la lune, un pari fou de deux associés passionnés.

En 2014, rien ne prédisposait Jean Philippe Ballanger et Yves Médina, amis de longue date et amateurs de whisky, à élaborer un spiritueux « made in Bordeaux » : un projet abouti aujourd’hui avec la naissance du « Moon Harbor » dont la distillerie occupe un bunker allemand de la Seconde Guerre Mondiale, à coté de la base sous marine. Néophytes en la matière, les fondateurs s’adressent à un « master blender » écossais John Mc Dougall qui met ses compétences à leur disposition, la fabrication du whisky répondant à un cahier des charges très strict. Par un heureux hasard, un bunker à l’abandon sur un terrain de 5000 m2 attire leur attention pour en faire un chai de vieillissement et bâtir la distillerie à côté. Des travaux colossaux sont entrepris pour démanteler la cuve qui devait, à l intérieur du bunker, servir à stocker le carburant nécessaire aux sous-marins, et percer le mur de 6 mètres d’épaisseur pour l’accès des chariots élévateurs et le stockage des barriques. À ce bâtiment de stockage s’est ajouté une annexe qui abrite les cuves de brassage et les alambics, ainsi qu’un hall de réception destiné à l’exposition des produits et dégustations.

Un produit 100% Local

« Nous voulions créer un produit très local, tout ce que nous utilisons dans la fabrication de nos whiskies provient de la région, céréales, alambics et barriques » explique Aude Médina, chargée des visites et passionnée. Ainsi, un appel a été lancé aux agriculteurs locaux pour la culture de l’orge sur l’île de Patiras qui assure 2 récoltes par an. Les 2 alambics en cuivre, de 11 hl , ont été fabriqués par la société Stuplfer, basée à Bègles, qui officie depuis 1925. Quant aux barriques, plus de 500 de 225 litres chacune, elles proviennent de grands châteaux viticoles de la région : La Louvière, Cantenac-Brown, Château Pipeau, Hermitage etc… comme le souligne Aude Médina « les barriques sont fraîchement vidées donc ne sont ni soufrées ni brûlées ce qui permet de récupérer les arômes du vin rouge ou blanc et donner au whisky beaucoup de subtilité. L’utilisation de ces barriques est une véritable signature du whisky bordelais ». D’autre part, le reste de pressage des céréales appelé « drêches » est utilisé au nourrissage des bovins d’une ferme à Parempuyre. Tous ces éléments permettent l’élaboration d’un produit de grande qualité, dont la couleur est naturelle (sans ajout de caramel) et vieilli au minimum 3 ans et 2 jours ( conformément au cahier des charges de fabrication. « Notre entreprise compte 6 salariés et produit 80 à 85 000 bouteilles à l’année en partie destinées à l’exportation (Japon,Allemagne). Après le whisky, le gin et le rhum nous avons des réalisations et projets : du whisky fumé aux algues (Arcachon), la réhabilitation du toit du bunker pour installer un lieu convivial de restauration » ajoute la chargée des visites.

il est à noter que les français sont les premiers consommateurs de whisky au monde …à consommer avec modération.

Distillerie Moon Harbor – 492 bd Alfred Daney -33000 Bordeaux.

Shan et Patrick 301155

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s