Assises de la démocratie permanente: du banc des assises au bilan et perspectives

Publié par

Bertrand Barrieu: À l’heure des résultats des Assises, pourriez-vous en rappeler l’objectif ?

Camille Choplin : « Il fallait d’abord inventorier l’existant, en termes de dialogue citoyen, voir comment dialoguent la ville et les citoyens, car des choses fonctionnaient déjà sous la municipalité précédente. Prendre le pouls en rencontrant les gens pour voir ce qu’ils veulent en la matière, puis ouvrir le débat ».

BB: Quel impact pour le « parlement mobile », geste symbolique fort, qui est allé à la rencontre des habitants des huit quartiers de Bordeaux durant l’été ?

CC: « Lorsque j’ai vu ce « Parlement mobile », j’y ai vu un symbole et une magnifique opportunité, qui a été approuvée par notre maire Pierre Hurmic. Après trois reports dus à la crise sanitaire, nous avons décidé de ne plus différer et, bien qu’en été, l’opération a connu un franc succès. Pour débuter, une réunion dédiée à la rencontre avec tous les élus. Être parmi les gens, c’est la posture de notre équipe municipale. Nous sommes nouveaux et ça se voit dans notre apport de sincérité et de simplicité. Ensuite, les rencontres dans les huit quartiers ont suscité un vif intérêt : entre 9h30 et 21h, soit au total 90 heures, lors dès huit « Parlements mobiles », nous avons vu environ 3000 personnes. Cette structure écologique en plein air, est idéale pour l’été, non seulement vis-à-vis de la crise sanitaire, mais parce que, ouverte à tous, elle favorise la rencontre et l’expression, dans le but de fédérer, d’agir ensemble dans un esprit de coopération ».

BB: Quelques anecdotes représentatives de moments marquants ou émouvants ?

CC: « Le but est d’accrocher des curieux que ce genre de médiation interroge et de faire participer des personnes, qui vous disent : « Ah, non, ça ne m’intéresse pas » ou «Je n’ai pas le temps» , puis qui échangent quelques mots et finissent par rester. À St-Augustin, je pense à cette dizaine d’adolescents d’environ treize ans qui ont fini par entrer et participer à l’atelier thématique : « Vous êtes devenu(e) élu(e), que mettez-vous en place »? Je les ai trouvés très matures et à l’écoute dans leurs propositions, pour une ville à hauteur d’enfant, cherchant à allier le besoin de faire la fête avec l’attention aux nuisances sonores, les regroupements en scooters avec la vigilance à ne pas effrayer les habitants ».

BB: Autre forme de rencontre, en visio-conférence, comme ces quatre femmes, « témoins inspirants » sur l’engagement citoyen dans le monde », investies dans des villes jumelées avec Bordeaux.

CC: « Nous avons étudié ce qui se fait à Paris, qui est très avancée dans ces domaines, comme avec les jeunes engagés pour le climat, afin de s’inspirer des réussites. Puis, nous avons réalisé ces temps d’échange thématiques, en distanciel, comme avec ces « grands témoins » en France et dans le monde. Beaucoup sont d’ailleurs des femmes » (voir article : http://seniorsreporters.bordeaux.fr).

BB: Qu’en est-il du « contrat démocratique » de Bordeaux? Quelle est sa genèse, comment a-t-il été élaboré ?

CC: « Rappelons qu’il s’agit d’un engagement réciproque. Le premier temps a été celui de l’écriture en intelligence collective, lors de deux sessions réunissant les citoyens tirés au sort, élus et agents municipaux, visant à faire émerger ce qu’ils aimeraient voir dans ce contrat. Les contributions recueillies lors du Parlement mobile et sur la plateforme dédiée y ont été intégrées. Le second temps a permis la relecture du document de travail par une quarantaine de citoyens volontaires, travaillant successivement dans quatre ateliers. Enfin, direction la soirée de clôture des ‘ Assises ‘ en présence du Maire, Pierre Hurmic».

BB: Au début de 2022, suite aux Assises, quel bilan, quelles perspectives ? Quel avenir pour le contrat démocratique ?

CC : « Les derniers temps d’échanges concernent d’abord les élus et la quarantaine de citoyens volontaires. Ce contrat, présenté au Conseil municipal début février, va maintenant être largement diffusé, via un plan de communication.
Pour ce qui est du contrat démocratique :
Une tournée annuelle du Parlement mobile est envisagée dans chaque quartier, afin de renouveler le contact direct avec les habitants.
– Deux dynamiques complémentaires pour le dialogue citoyen sont impulsées : l’une, à l’initiative de la mairie vers les citoyens, via les Conseils de quartiers, par exemple, et l’autre, à l’initiative des citoyens, où ce sont les habitants qui vont vers la mairie, laquelle encourage ces actions et peut même les aider aux plans logistique ou financier, via le budget participatif, la concertation, les rencontres avec les élus.
– Créer des lieux et moments de convivialité et favoriser les forums d’associations .

Tout cela est dans la lignée des Assises de la démocratie permanente, qui doivent vivre, faire se rencontrer les habitants, faire que les gens de tous horizons de Bordeaux se rencontrent pour créer du lien, réfléchir et agir ensemble, en intelligence collective. La ville de Bordeaux a reçu le label trois étoiles des Trophées Concertation et Participation 2021, pour ses Assises de la démocratie permanente ».

POUR EN SAVOIR + : https://participation.bordeaux.fr/ Bertrand BARRIEU.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s