Barbe à papa et tir ficelles

Publié par

Entre deux apparitions de la Foire aux Plaisirs place des Quinconces, le CAPC de Bordeaux présente jusqu’au 14 mai 2023 dans la nef et la mezzanine de l’Entrepôt Lainé «barbe à papa», sa propre fête foraine, habitée par les œuvres d’une cinquantaine d’artistes. Avec cette manifestation, le musée espère apprendre de ce rassemblement populaire et savoir « si l’œuvre d’art est toujours une attraction ».

Le 4 décembre 2022, Cédric Fauq, commissaire de l’exposition, proposait d’entrer dans les détails de la construction de cet événement ( le Making off *) bâtie autour de l’idée d’un rapprochement entre barbe à papa et la fête foraine. L’exposition universelle de Chicago en 1893 célébrait les 400 ans de la découverte du nouveau monde, au côté des différents pavillons internationaux se trouvait un parc d’attractions dont la plus imposante était une grande roue.

Un parcours en 5 chapitres

Cette page historique intitule le chapitre « 1893 ». Partant de cette occurrence et des apparitions de la Foire aux Plaisirs, Cédric Fauq développe : « J’ai imaginé la Foire aux Plaisirs comme se transformant dans les espaces du CAPC, comme si son ombre atteignait les espaces du musée . Un autre élément déterminant pour ce projet a été, poursuit-il, d’apprendre que Le Grand Verre 1915-1923 ou (La Mariée Mise à Nu par ses Célibataires, même) de Marcel Duchamp avait été inspiré par un jeu de chamboule tout ». Marcel Duchamp aurait remarqué dans une fête foraine un jeu qui consistait à déshabiller, entre autres, une mariée avec des projectiles. Une reproduction de cette œuvre énigmatique, devenue mythique, est présentée dans l’exposition**. À un degré moindre, le passé colonial de l’entrepôt intervient dans la concrétisation du projet avec la présence du sucre : de la barbe à papa aux sculptures de Silas Inoue et d’Agata Ingarden la friandise occupe le chapitre « festin ». Les autres chapitres qui complètent le parcours, « gravité », « carrousel» et « lanternes» renvoient respectivement aux attractions qui défient la pesanteur, aux manèges et à la féérie de la lumière. Au fil de sa déambulation, le visiteur peut ainsi tirer les ficelles vers ces éléments de compréhension car les œuvres ont été ventilées dans l’espace du musée avec la volonté de ne pas les enfermer dans leur famille.

Un commissaire à l’œuvre

Ce Making off met en avant l’importance du rôle de commissaire d’exposition dans la conception, la réalisation et la gestion d’un événement comme barbe à papa. Après avoir développé la genèse de cette idée de fête foraine, Cédric Fauq fait état de la concrétisation de ce projet dans l’espace muséal tout d’abord « Ce qui m’intéressait vis à vis de la fête foraine, c’est comment les choses se superposaient, se confondaient; dans le plan j’ai fait en sorte que tout ne soit pas très clair». Dans sa temporalité ensuite, la programmation prévoit une succession de performances, d’œuvres à activer, d’autres qui s’animent d’elles-mêmes comme l’orgue de barbarie de Mathis Collins ou le carrousel de Bertille Bek. Fin janvier sera mis en place l’avion gonflable de Matthew Langan Peck, dont le curieux destin reste à découvrir. « Il y avait quand même cette idée de mouvement qui a beaucoup infusé le projet» révèle Cédric Fauq. Au regard des cartels qui accompagnent les productions des artistes invités, la plupart des œuvres sont récentes et semblent avoir été réalisées pour s’accorder à une composition écrite par le commissaire de l’exposition. Pour prolonger la métaphore musicale, celui-ci a créé, en coordonnant le jeu des artistes-instrumentistes, un thème à la mélodie subtile. Avec barbe à papa, Cédric Fauq fait œuvre, il reprend les bases de l’art conceptuel où l’idée prime, l’œuvre pouvant même ne pas être achevée, ce qui n’est pas le cas ici : bravo l’artiste.

Informations :
*Making off, expression utilisée principalement dans le cinéma documentaire pour relater les coulisses d’un tournage.
**Le Grand Verre est exposé au Philadelphia Muséum of Art. Cette œuvre est considérée comme une pièce majeure de l’art du 20ème siècle.
CAPC musée d’art contemporain 7, rue Ferrère, 33000 Bordeaux
Site internet: http://www.capc-bordeaux.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s