Les coulisses du Journal Sud-Ouest à Bordeaux.

Publié par

Une offre de visite à l’intérieur du siège de Sud-Ouest à Bordeaux reste rare et ne saurait se refuser : la « journée portes ouvertes » est une journée exceptionnelle qui permet de découvrir les coulisses du journal. Visite guidée.

C’est l’occasion pour qui s’intéresse au journalisme et à la « PQR » (presse quotidienne régionale) de rencontrer ceux qui participent à l’élaboration du grand quotidien régional ; elle n’a même pas lieu chaque année (la première fois s’est déroulée en septembre 2013 et elle n’a pas été possible en 2018), autant dire que les visiteurs sont très motivés ce samedi-là. A l’origine lancée par l’Association des lecteurs, internautes et mobinautes de Sud-Ouest (ALIMSO), la journée portes ouvertes permet aux lecteurs de voir où « Sud Ouest » se fait, mais aussi de comprendre comment il se fait. Les groupes se succèdent tous les quarts d’heure dans le hall et l’accueil est très professionnel, multipliant les petites attentions, informations et explications, spécimens du journal, offres d’abonnement, photo-souvenir en fausse « Une », etc. Installé depuis sa création au 8, rue de Cheverus, en hypercentre de Bordeaux, le siège du journal a été transféré en 2009 sur la rive droite de la Garonne, face à la place de la Bourse. C’est ce nouveau bâtiment, conçu par l’architecte Luc Arsène-Henry, qui s’ouvre en cette rare occasion au public. On y trouve l’ensemble des services du journal (rédaction, publicité, diffusion, documentation, prépresse…), à l’exception du centre d’impression, situé deux kilomètres plus loin, sur la même rive. Le bâtiment abrite également l’agence de développement, qui conçoit les suppléments et magazines, les éditions Sud Ouest, le magazine« Terre de vins » ou encore la rédaction de « Direct Matin Bordeaux 7 ». C’est également le siège de la direction du Groupe Sud Ouest, qui englobe les journaux du Sud-Ouest et de nombreuses filiales (édition, télévision, magazines…). Le groupe compte aujourd’hui plus de 2 000 salariés sur 80 sites d’activité. 450 travaillent au siège.

Des activités diversifiées

Les visites s’effectuent par groupes de 10 à 20 personnes et sont commentées selon un parcours précis par un salarié de l’entreprise, qui explique les rôles de chacun et le processus de fabrication, de la collecte de l’information à l’impression, mais aussi le fonctionnement crucial du maillage dense des « correspondants locaux ». Plusieurs responsables du journal se succèdent tout au long de la journée pour répondre aux sollicitations des visiteurs.On commence, sous la houlette de la journaliste, guide experte pour l’occasion, par monter au sommet de l’immeuble pour admirer, grâce aux façades vitrées, un panorama à couper le souffle sur la rive droite, la Garonne et la rive gauche. C’est là que le journal héberge des start-up dans un espace de coworking très ouvert. C’est là aussi qu’une entreprise peut louer les plus belles salles pour ses événements ou dîners d’affaires, ce qui contribue à l’équilibre financier du groupe, qui appartient toujours à 80% à une famille et à 20% à des actionnaires qui sont en même temps les salariés.

Et l’avenir de la presse?

Au fil de la déambulation, en descendant d’étage en étage, on peut mesurer la fonctionnalité de l’immeuble, conçu pour les besoins d’un journal en prise sur l’actualité. Les coursives permettent une circulation facile, les puits de jour et vitrages extérieurs laissent enter à flots la lumière naturelle et donnent une grande transparence à cette « ruche » industrieuse. Des stations à des endroits choisis permettent d’admirer l’architecture et de photographier le décor, où le sport garde une place prépondérante, témoin de l’histoire et de l’identité du journal. C’est aussi l’occasion d’avoir un éclairage sur les grandes questions du moment. Quelles conséquences aura la révolution numérique ? Quel avenir pour la presse papier, depuis la révolution numérique ? Comment les citoyens peuvent-ils avoir l’assurance d’une information fiable ? Comment peuvent-ils se repérer dans cette explosion des supports et des canaux médiatiques ? Que sera « Sud Ouest » dans les années à venir ? Pour terminer, la visite du studio de télévision avec ses tables techniques, posé au rez-de-chaussée comme une capsule spatiale donne une partie de la réponse.

Infos pratiques : Les locaux de « Sud Ouest » sont situés au 23, quai des Queyries, à Bordeaux-Bastide. Pour s’y rendre, le plus simple reste les transports en commun : le tramway (ligne A, arrêt Stalingrad) ou le bus (n°45, arrêt Lavigne et n°91 et 92, arrêt Nuyens). Les portes sont ouvertes de 10 à 16 heures (dernières entrées). L’entrée est libre et gratuite, il reste à surveiller la prochaine date…

Sylvie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s