Liberté, l’éternelle reconquête!

Publié par

Les archives de Bordeaux Métropole proposent, à travers des documents originaux peu connus, précieusement conservés, d’explorer des fragments d’histoire bordelaise des lieux emblématiques montrant la lutte perpétuelle pour la liberté.

En préambule, la guide de l’exposition explique, «l’esprit de liberté développé par les encyclopédistes n’est pas encore un concept clair et évident pour les révolutionnaires, il leur faut encore continuer de l’inventer par des actions hautement symboliques pour frapper les esprits et consensualiser le mouvement ». C’est ainsi que dès 1782 des projets germent pour supprimer, raser, transformer les grands symboles de l’autorité royale de Bordeaux. Le 8 juillet 1791, l’assemblée constituante annonce la suppression de la forteresse et la création d’un monument à la gloire des armées de la république et à la paix glorieuse qui est le prix de leurs victoires. Pour graver l’esprit de la révolution dans la pierre, rue et places changent de nom pour des « places de la liberté » « place des droits de l’homme » rue « j’adore l’égalité ».

Du passé au présent

L’exposition montre aussi des objets, documents, actions de propagande comme la plantation des arbres de la liberté (la liberté enracinée), les fêtes publiques comme la fête de la fondation de la république, de la jeunesse, de la liberté, de l’égalité, « pour rassembler le peuple autour des idéaux de la république » insiste notre guide. Cette exposition nous raconte également des histoires plus récentes souvent oubliées ou ignorées sur les statues démontées fondues pour être transformées en canons et boulets: statue de Napoléon des allées Tourny, statue de la Liberté de la place Picart (refaite à l’identique en résine en 2000), le monument aux Girondins, démonté en 1943, disparu, retrouvé et remonté en grande pompe en 1983. Le chemin de la liberté continue, la déambulation conduit à des créations contemporaines comme la statue de Modeste Testas, sculptée par Woody Caymitte Filipe en 2019 rappellent les souffrances de l’esclavage et la liberté retrouvée!

Informations pratiques:

L’exposition a lieu aux archives Bordeaux Métropole rive droite

Tram A-station-jardin botanique

Bus lignes 24 et 45 arrêt jardin botanique

Entrée libre et gratuite du lundi au vendredi 9h à 17h jusqu’au 24 avril 2020

Visites commentées le lundi de 12h30 à 13h30 et le vendredi de 16h à 17h.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s