« Quizz au balcon » avec Philippe de Kloud Box dans les Résidences Autonomie (RA)

Publié par

Depuis le « déconfinement » se poursuivent dans de nombreuses villes, des opérations culturelles destinées aux seniors résidents des Résidences Autonomie, dont les contacts avec l’extérieur doivent encore rester limités. Exceptionnellement, viennent à eux des intervenants culturels pénétrant dans l’enceinte protégée pour leur apporter un moment de plaisir et de convivialité à domicile. C’est le cas pour « Quizz au balcon » avec l’association Kloud Box.

Philippe Maurice, de l’association Kloud Box, accueilli par le personnel souriant de la résidence, s’installe avec son micro, accompagné de son « assistante » Léa Barthe dans la cour de la Résidence, ou dans le jardin intérieur, selon le cas. Des chaises et fauteuils de jardin en rond attendent les participants, le personnel de la maison ou les résidents, qui peuvent aussi s’installer à leur balcon, « comme Juliette », s’amuse Rolande, la doyenne du groupe réuni à Notre Temps, ce vendredi après-midi. Philippe et Léa mémorisent très vite le prénom de chacune et chacun des présents, Mauricette ici, Danièle, Annie là-bas, Rolande à son balcon, Josette, Bernadette ou Jacques à Lorraine un peu plus tôt… Il faut d’abord « briser la glace » comme Philippe sait si bien le faire, par quelques commentaires positifs sur les prénoms, sur le jardin, des détails, etc. Tout le monde se détend, des rires fusent…

La fièvre du jeu

Le jeu alors peut commencer… Qui peut reconnaître dès les trois premières notes le début d’une chanson de variété que tout le monde avait sur les lèvres dans les années soixante, comme « Vous permettez, Monsieur… ? » d’Adamo ? Ces messieurs, toujours galants sûrement, ou ces dames, plus nombreuses, se souviennent immédiatement sans doute de leurs « premières surprise-parties ». Elles répondent plus vite que l’éclair ! Il faut selon la règle lever d’abord la main et ne proposer une réponse que lorsque Philippe ou Léa ont repéré qui veut répondre : il en va des points à obtenir pour chaque bonne réponse ; mais l’enthousiasme aidant, beaucoup donnent la réponse sans lever la main et la « classe » parfois dissipée, toujours amusée, se dispute la parole. Philippe arbitre, attribuant les points à l’un ou à l’autre, maintenant le climat bon enfant, avec des points bonus pour la couleur d’une veste, pour le sourire, pour le petit chien qui accompagne une participante : tout le monde vient là pour le plaisir, pour revivre ensuite un bon moment passé ensemble et en reparler, entretenir sa mémoire à court terme comme à long terme. Après le quizz musical, qui fait vite briller tous les yeux tant les titres (bien) choisis renvoient à une époque de jeunesse joyeuse, Philippe passe à des questions variées sur le Bordeaux historique ou contemporain : « comment s’appelait Bordeaux dans l’antiquité ? – Burdigala ! – Très bonne réponse, Madeleine, 5 points pour Madeleine ! Léa, inscrivez, s’il vous plaît ! » Et Philippe ajoute la signification étymologique de « Burdigala », la « crique boueuse ». Armé de ses fiches, il lance question après question, soigneusement ciblée, ni trop facile ni trop difficile et n’hésite pas à fournir des indices, entretenir le suspense, avec beaucoup de métier. Rythmée en trois temps, la rencontre s’achève par une nouvelle écoute-mystère, avec Jacques Brel, du Jean Ferrat, Piaf et bien d’autres, relançant l’intérêt de l’assistance sans la fatiguer : c’est tout un savoir-faire, que Philippe renouvelle de résidence en résidence toute la semaine.

Des récompenses

Vient l’heure de compter les points et de déclarer les vainqueurs, non sans humour sur le « grand prix de dix mille euros offert par la responsable de la résidence », évidemment fictif. Mais ce sont des Tote bags, en anglais dans le texte et des gourdes aux couleurs de la salle des Fêtes de Grand Parc, bien réels que Léa distribue à quasiment tous les participants, leur laissant ainsi un aide-mémoire de l’événement. Car le principal « cadeau » de l’après-midi, c’est la chaleur humaine de cette joyeuse émulation, ainsi que l’échange authentique, entre les animateurs, dont les yeux brillent aussi. Cette petite rupture avec le prévisible quotidien, rendu encore plus monotone par les restrictions sanitaires du moment, a atteint son but : ranimer la flamme de la jeunesse intérieure en chaque personne et réussir une vraie rencontre, dont on se souvient longtemps. Une opération à poursuivre.

Sylvie

Infos pratiques : Association Collectif KloudBox, 79, rue Bourbon, 33300 Bordeaux, tél. 0608342495 contact@kloudbox.com

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s