Balade au jardin de Mériadeck

Publié par

Oasis de verdure en plein cœur de Bordeaux, l’Esplanade Charles de Gaulle située dans le quartier Mériadeck, se veut à la fois un espace vert et un lieu de promenade. Ce jardin tranquille et bien caché est un vaste square moderne fuyant en perspective vers le clocher de la Cathédrale Saint-André.

Lieu de promenade, de détente ou de passage sur dalles, le jardin est encerclé par les constructions modernes construites dans les années 70-80. Il est accessible de tous côtés, de la rue François de Sourdis au Cours d’Albret et du maréchal Juin au Centre Commercial. De grands arbres, un grand bassin aux eaux bleues miroitantes et au milieu un immense jet d’eau qui diffuse ses embruns sur les passants au gré du vent en font un endroit très agréable. Une aire de jeux et la terrasse du café Pomme, restaurant installé au niveau de la sortie (1er étage) du centre commercial, viennent compléter le tableau… juste le temps de se reconnecter à la nature.

Une mode des années 70

En effet, dans les années 70, un mot est à la mode : « paysager, laisser pénétrer la nature dans la ville » et on va confier l’élaboration du jardin au paysagiste Jacques Sgard. Ce quartier va devenir le nouveau centre administratif, culturel et commercial de Bordeaux, à l’image des autres grandes villes, comme le quartier de La Défense de Paris. Ainsi, dans le berceau créé par les constructions qui l’entourent, furent plantés des conifères pour rappeler que Bordeaux est la capitale de l’Aquitaine « au ponant de la forêt et de la lande ». Puis d’autres viendront orner l’esplanade, érables, marronniers, tilleuls, magnolias, cèdre du Liban, séquoia géant. L’esplanade devait d’ailleurs être plus grande, rejoignant la rue Sainte-Catherine et englobant le jardin de la Mairie, mais les prétentions furent revues à la baisse.

Du quartier insalubre à l’esplanade arborée

Au XVIIeme siècle, le quartier souffrait de la réputation « d’anciens marais aux herbes à sorcières « . Insalubre, il ne fut jamais vraiment assaini malgré de nombreuses tentatives. Au XVIIIeme, l’archevêque de Bordeaux, Monseigneur Ferdinand-Maximilien-Meriadec de Rohan désire financer la construction d’un archevêché, le Palais Rohan, actuelle Mairie, qu’il ne verra d’ailleurs jamais… c’est à lui que le quartier Mériadeck devra son nom. Au XIXeme, il deviendra une sorte de village livré à lui-même par la Mairie, avec ses bistrots, ses cabarets, son marché aux puces, un lieu de réjouissance pour les Bordelais, insalubre mais pittoresque, jusqu’à ce qu’après guerre, la ville opte pour une opération radicale. Créant le Mériadeck que nous connaissons aujourd’hui, avec sa belle esplanade dont les arbres ont bien grandi pour en faire cet agréable jardin, tranquille, frais et ombragé. Comme le confirme Colette, une fidèle, qui vient 3 ou 4 fois par semaine, « ce que j’apprécie c’est le silence, les petits oiseaux… et la fraîcheur en été « .

Annie

Pour s’y rendre: TRAM A – arrêt Centre commercial

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s