Le cinéma Utopia, une longue histoire de transformations…

Publié par

Église saint Siméon au XV eme siècle, école de voile au XIXème siècle, puis conserverie, parking de voitures et enfin en 1999 le cinéma d’art et essai Utopia.

L’église Saint Siméon bâtie fin Xlllème siècle comptait 5 chapelles et abritait des confréries. Elle faisait aussi office de cimetière jusqu’en 1489 où elle ne suffit plus pour les inhumations ce qui força le Chapitre à céder un terrain sous l’actuelle place Camille Jullian. Puis l’église connut une histoire paisible jusqu’à la révolution où elle fût désaffectée et servie d’entrepôt. En 1833, les frères Laporte, officiers de marine, fondèrent « l’École navale des mousses et novices destinée à accueillir et former les enfants miséreux, vagabonds et les convertir en marins » (P. Prévôt). Imaginez ainsi le centre de l’église occupé par une frégate reconstituée dont le mât principal montait jusqu’au sommet de la nef avec « tous les gréements, voiles et vergues mobiles ». Les futurs matelots vivaient sur place et dormaient dans des hamacs. Puis l’école quitta l’église au profit d’une vraie goélette en 1854. La fabrique de conserves fut installée en 1863 par un industriel, M. Teyssonneau qui inventa, dit-on, le fameux ouvre boîtes à sardines !

Photo1 : école navale de mousses par J. Guibillon / Photo 2 : conserverie doc.Bertreau

Une vie de quartier renouvelée

Après la conserverie un marchand de cycle et un garage devenu parking occupèrent les lieux. À part la façade déjà très délabrée, le caractère religieux de l’église disparaît au profit d’un ascenseur pour voiture et des aménagements latéraux en parking périphériques. Un « voiturier » prenait en charge les véhicules pour les distribuer à l’étage et les redescendait à la demande. Pendant toutes ces années, le bâtiment se dégrade : pierres rongées, salpêtre, charpente affaiblie… C’est le projet des « Cinémas indépendants Utopia » qui va réveiller cet édifice et donner un essor au quartier, ce que confirme Jeannine, gérante depuis 30 ans du hall de presse installé sur la place, « je ne connais pas l’histoire de l’Utopia mais la majorité des commerces existant précédemment et ceux créés depuis l ouverture se félicitent de l’évolution très positive de la place. J’ai tout de suite ressenti l’arrivée d’une population supplémentaire qui s’est intéressée à la vie de quartier, et on a vu chaque année beaucoup plus de touristes. ». Et, le patron de la Brasserie Saint Georges d’ajouter, « l’ouverture du cinéma a été une excellente chose. C’est un petit chef-d’œuvre de restauration et une aubaine pour tout le monde ». Aujourd’hui l’ Utopia est le cœur battant de la place Camille Jullian.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s