Assises de la démocratie permanente: « Mêlez-vous de ce qui vous regarde ! »

Publié par

Le 19 mai 2021, Monsieur Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, a lancé officiellement les assises de la démocratie permanente. Cet acte correspond à l’un des piliers du programme électoral de la nouvelle majorité municipale dans le but de réconcilier les citoyens avec la vie démocratique en installant un dialogue permanent et de proximité.

« Mêlez-vous de ce qui vous regarde ! », ce titre d’un film documentaire de 1977, a été mis en exergue lors du point presse du 20 mai 2021 par M. le Maire à destination de ceux qui d’habitude ne s’expriment pas. Avec cette préoccupation, les assises de la démocratie permanente se donnent comme mission de définir les modalités de la participation citoyenne à la vie de la cité en lui donnant, en priorité, un caractère permanent afin de réveiller le silence démocratique qui s’installe entre deux échéances électorales.

Une méthode inspirante

Madame Camille Choplin, adjointe au maire chargée de la démocratie permanente, détaille le processus de concertation qui se déroulera en 3 étapes. Le premier temps, jusqu’au 6 juillet, sera celui de « l’inspiration » à partir d’expériences extérieures (nationales et internationales), ensuite viendra le temps des débats et des échanges jusqu’au 9 septembre. Enfin, septembre et octobre seront réservés pour « tirer la substantifique moelle » de l’ensemble des données recueilli. Celles-ci seront enrichies par les autres temps de concertation qui existent à Bordeaux depuis une trentaine d’années. En effet depuis 1995, la ville de Bordeaux a mis en œuvre plusieurs démarches de participation citoyenne, les conseils de quartier, les conseils de proximité, le budget participatif, les concertations à propos des aménagements publics ou de la mobilité. Au final sera établi le « contrat démocratique de Bordeaux »

Un parlement mobile

L’innovation de ces assises est la mise en circulation, à partir du 8 juillet dans les 8 quartiers de la ville d’un parlement mobile qui introduit l’idée de l’Agora. Au-delà de sa valeur symbolique, cet outil marque selon Madame Camille Choplin «  le début d’un apprentissage à prendre des décisions ensemble ». Dans la forme, le réseau associatif et les centres sociaux seront appelés, les débats seront régulés, « des moments artistiques y seront proposés ». Il s’agit « d’apporter de la légèreté » précise l’élue. La dimension numérique de la démocratie permanente est un autre outil que l’on peut retrouver sur le site Bordeaux débats par exemple: https://debats.bordeaux.fr/

Une question parmi d’autres

Un membre de l’assistance demande au Maire «qu’est-ce qu’il se passerait s’il ressort de ces consultations des idées qui ne sont pas les vôtres ?». « On en débattra » répond Pierre Hurmic qui rappelle qu’il faut tenir compte de la démocratie représentative et des engagements pris devant les électeurs : «  S’il y avait des propositions qui s’avéraient contraires aux engagements pris devant les Bordelais, c’est évident qu’elles ne seraient pas prioritaires ».

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s